Win3x.Org

Windows & DOS Community

Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI

Post Reply   Page 1 of 1  [ 10 posts ]
Author Message
AlRaPo
Post subject: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 18 May 2016 21:20
Membre inscrit
Offline
 
Posts: 244
Joined: 05 Jan 2016 00:23
Retro PC: Fujitsu Family PC AMD K6 2 3D Now! 300 mhz
 
Salut à tous :D , j'ouvre ce poste pour me faire "L'avocat du diable", en défendant les deux 1er Zelda sorties en 1993, sur Philips CDI. Pour ce qui est du troisième, sorti en 1995 je sais pas si il est défendable :lol:.

Lisez cet article, et vous comprendrez le calver que ça été de développer ce jeu pour la toute jeune, et petite société, j'ai nommé: Animation Magic, qui a fait le "sale boulot" pour Philips.

En gros, ce que voulait Philips, c'est le beurre, l'argent du beurre, et le sourire de la crémière :lol:.

Plus sérieusement, Philips voulait un jeu, ou plutôt deux, pas chers, qui montre la puissance, et les capacités de sa machine (qui n'était pas du tout optimisé pour ce genre de jeux), le tout développé en un temps record.

Avec toutes ces contraintes, le challenge n'était pas de faire un "bon jeu", mais déjà d'arriver à faire un jeu "fonctionel".

Enfin bon, lisez l'article, et vous comprendrez pourquoi il faut être indulgent avec ces jeux.

De plus, ils méritent quand même une petite place dans notre coeur, car leurs cinématiques:"réputées pour être moches et mal foutues" (Joueur du grenier) en sont presque rigolotes :lol:.


Top
Profile Quote
Nintenloup
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 18 May 2016 23:48
Modérateur
User avatar
Offline
 
Posts: 2676
Joined: 06 Jan 2013 05:02
Retro PC: Tandy 1000 SX, V20, 640k, SB2.0, VGA, Syquest
 
Peut importe les raisons, le jeu était mauvais et prendre sa défense revient à donner raison aux développeur et celui qui a commandé le jeux, si on veut éviter que d'autres jeux aussi mauvais sortent, il faut critiquer le plus possible sur ces jeux pour que personne n'aient envie d'en refaire un.

_________________

L’homme est un loup pour l’homme, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très gentil pour le loup.

Ma chaîne youtube française sur les vieux ordinateurs et autres vieilles technologies.


Top
Profile Quote
Big Monstro
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 19 May 2016 01:36
Administrateur
User avatar
Offline
 
Posts: 4056
Joined: 27 Jun 2003 15:15
Retro PC: 80486 DX2/66, MS-DOS & Windows
 
Je suis d'accord avec cet article de jeuxvideo.com concernant la philosophie initiale de Philips : le CD-i était une machine multimédia à vocation éducative et interactive, comme en témoigne à merveille l'aspect de la 'manette' fournie par défaut avec l'appareil...

[ img ]

... hormis éventuellement pour les jeux de société, de stratégie ou point and click (très en vogue à l'époque), cette télécommande n'était pas vraiment appropriée pour jouer. Après coup, Philips a proposé d'autres solutions dont la suivante, cette ultime manette officielle davantage pensée pour le jeu vidéo

[ img ]

Par contre, je suis beaucoup moins d'accord quant à l'excuse des limitations techniques de la machine. Le CD-i était alors un monstre de puissance (également couteux, son prix s'élevait à 700$ en 1991), avec un processeur de type Motorola 68000 cadencé à 15.5 MHz, 1024 Ko de RAM, affichage de 32000 couleurs et un lecteur CD. La Mega Drive de Sega se contentait de CPU similaire mais à 7.5 MHz et 64 Ko de RAM, la SNES de Nintendo d'un CPU à 3.5 MHz (très efficace par rapport à sa fréquence) et 128 Ko de RAM. La Mega Drive profita tardivement des joies du CD-ROM, la SNES jamais alors que le CD-i a été conçu dès l'origine pour cette technologie. Si on ajoute une carte vidéo MPEG, on pouvait carrément visionner des films sur son CD-i (en VCD).

Les cinématiques des Zelda CD-i étaient impressionnantes techniquement pour l'époque (des séquences en dessin animé sur SNES ? Même pas en rêve !). Quel dommage toutefois que ce potentiel fut gâché par une réalisation artistique discutable. Les "consoles" (si on considère le CD-i comme tel) des concurrents ne seront capables d'afficher des cinématiques qu'à partir de la génération suivante (Sony Playstation).


Top
Profile Quote
AlRaPo
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 19 May 2016 03:37
Membre inscrit
Offline
 
Posts: 244
Joined: 05 Jan 2016 00:23
Retro PC: Fujitsu Family PC AMD K6 2 3D Now! 300 mhz
 
Le pire, c'est que ce jeu aurait pu être bien en plus, et offrir un, ou le dernier Zelda en 2D sur console de salon de toute beauté.

Avec des si, on peut mettre Paris en bouteille selon l'adage, alors on doit pouvoir sauver Link the face of evil avec, non? :lol:

Plus sérieusement, voici ce qui aurait pu faire que ce jeu soit beaucoup mieux que ce que l'on connait.

1) Tout d'abord, si les développeurs avaient eu un ans de plus, cela aurait déjà pas mal changé les choses.

Je m'explique : Admettons que les développeurs aient eu 1 ans de plus donc, cela leur aurait permis d'avoir un an pour mettre au point le moteur de jeu le plus adapté pour la CDI, et créer une première "béta", qui aurait été équivalente à la version que l'on connaît.

Ensuite, on aurait utilisé la deuxième année pour peaufiner le travail (Soigner la qualité des cinématiques, et des graphismes en général (même si ces derniers sont plutôt pas trop moches dans le jeu que l'on connaît).
Optimiser l'animation des sprites le mieux possible, améliorer les contrôles, notamment le système du bouclier. Afin de rendre le tout plus ergonomique et donc plus jouable.

2) Si ce jeu avait été fait avec un budget digne de ce nom.

En effet, le budget pour créer ce jeu était juste dérisoire par rapport à ce que voulait Philips.

Avec un budget plus important, il aurait été possible d'installer toute l'équipe de développement au même endroit, et ce afin de faciliter la communication entre ces différents membres, et la supervision du travail de chacun.

Et surtout, ils auraient pu faire appel à des professionnels de l'animation américains pour créer les cinématiques.

Cela aurait bien sûr permis de créer des cinématiques au moins 10 fois mieux que celles que l'on connaît, et aurait faciliter la communication entre le studio d'animation, et les développeurs.

3) Si Nintendo avait aidé à la création du jeu, où plutôt des personnages.

Le problème de ce jeu, c'est que c'était le premier Zelda où Link était autre chose qu'un petit sprite muet.
Or, à l'époque, les seules représentations de link autrement qu'en sprite n'étaient que des dessins fixes se trouvant sur les boîtes des jeux, et dans les livrets qui les accompagnaient... Pas tout à fait en fait. Car Zelda a été adapté en dessin animé, diffusé très brièvement en France. D'ailleurs, si vous avez regardé la vidéo de Joueur du Grenier sur ce jeu, il émet l'hypothèse qu'il serait adapté du dessin animé Zelda. Et bien je pense qu'il a presque raison, dans le sens où comme il le dit le Link des jeux sur CDI, et celui du dessin animé ont un peu la même personnalité.

De plus, vu que c'était la seule chose qui "montrait" la personnalité de Link à l'époque, les développeurs sont sans doute tombés dans le sinistre piège de s'en inspirer.

Nintendo aurait donc dû les aiguiller un minimum sur la personnalité que devait avoir Link dans ce jeu, ainsi que sur les ambiances musicales, ainsi que les ennemis qui aurait dû être se trouver aux différents niveaux.

À mon avis, il ne l'on pas fait car ça leur faisait bien plaisir que ce jeu soit pourri.

Vu qu'il avait pas été développé par eux, ça ne faisait que conforter leur position de leader dans le monde du jeu vidéo, et renforcer le fait qu'ils étaient les seules à pouvoir sortir des bons jeux Zelda qui devait être présent dans la tête des joueurs.

4) Si le jeu était sorti sur d'autres plateforme que la CDI.

Sortir une "bonne version" du jeu sur CDI était déjà bien, mais les développeurs auraient peut-être pu faire 10 fois mieux si le jeu était sorti parallèlement sur une, ou d'autres plateformes de l'époque plus adaptées à ce type de jeux, comme, l'Amiga CD 32, ou la 3DO.

Le mieux aurait été je pense une version sur PC, qui aurait sans doute pu être très belle, et très fluide.

5) Si il n'avait pas eu les yeux plus gros que le ventre, et n'avaient fait qu'un seul jeu à la fois.

Il faut garder à l'esprit qu'ils n'ont pas fait un, mais deux jeux en même temps. Or, pour bien faire les choses, ils auraient du faire un seul jeu et se concentrer à fond dessus pour qu'il soit le meilleur possible. Plutôt que de faire deux jeux en même temps, et les bâcler tous les deux.

Si ces 5 conditions avaient été réunis, ce jeu aurait sans doute pu être un bon, voir très bon Zelda, qui aurait permis à cette saga de mettre un pied dans ce que les jeux de la génération suivante allaient être, à savoir utilisant massivement les cinématiques, avec des graphismes plus fins plus colorés, des personnages parlant, et ceux de façons régulières grâce à des voix digitalisées.

Que pensez vous de mon opinion?
Big Monstro wrote:
Les cinématiques des Zelda CD-i étaient impressionnantes techniquement pour l'époque (des séquences en dessin animé sur SNES ? Même pas en rêve !). Quel dommage toutefois que ce potentiel fut gâché par une réalisation artistique discutable. Les "consoles" (si on considère le CD-i comme tel) des concurrents ne seront capables d'afficher des cinématiques qu'à partir de la génération suivante (Sony Playstation).
La Mega CD et et l'Amiga CD 32 ne pouvaient pas afficher de cinématiques? Sinon, sur Megadrive, il y a une petite cinématique au début de Sonic 3D, qui est un très beau jeu au passage.

La CDI était peut être puissante en théorie, mais le problème venait peut-être de l'architecture de la machine. En effet, la megadrive et la super NES étaient moins puissantes, mais avaient toutes deux étaient conçu dé l'origine pour des jeux classiques, donc rapides, avec prise en charge matérielle du scrolling, des sprites etc... Ce que n'avait pas la CDI, puisque elle n'était pas destiné à ce genre de jeux à l'origine.

De plus, si les chargements étaient long, c'était à cause du fait qu'elle possédait un lecteur 1x, qui devait être suffisant pour les jeux éducatifs ou les encyclopédie interactive, mais pas pour les jeux classiques. En même temps, je sais pas si il existait des lecteurs plus rapide à l'époque.


Top
Profile Quote
Nintenloup
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 19 May 2016 04:14
Modérateur
User avatar
Offline
 
Posts: 2676
Joined: 06 Jan 2013 05:02
Retro PC: Tandy 1000 SX, V20, 640k, SB2.0, VGA, Syquest
 
Quote:
Le CD-i était alors un monstre de puissance (également couteux, son prix s'élevait à 700$ en 1991), avec un processeur de type Motorola 68000 cadencé à 15.5 MHz, 1024 Ko de RAM, affichage de 32000 couleurs et un lecteur CD
On a des pièces équivalente à ce que l'on trouvait dans les amiga de l'époque (bon pas exactement mais ça y ressemble). Mais le but de ce sujet bm, n'est pas de discuter des performances de cette console.
Quote:
mais le problème venait peut-être de l'architecture de la machine.
Ce serait surprenant, vu ce que l'on pouvait faire sur les amiga qui utilisaient, eux aussi, des motorola.

_________________

L’homme est un loup pour l’homme, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très gentil pour le loup.

Ma chaîne youtube française sur les vieux ordinateurs et autres vieilles technologies.


Top
Profile Quote
Matthias
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 19 May 2016 12:48
Membre d'honneur
User avatar
Offline
 
Posts: 1608
Joined: 26 Mar 2008 23:05
Retro PC: Fujitsu Siemens Liteline
 
http://www.grospixels.com/site/cdi.php

Voici une meilleure documentation sur la CD-i, qui prend vraiment le parti de la console, pour le coup.

Il faut resituer le contexte: En 1989, Philips avait remarqué que l'avènement du CD avait fait un boucan pas possible. Le support était vachement utilisé. Pour rappel, ce sont eux et Sony qui ont inventé le support CD. De son côté, Philips a lancé les livres arc-en-ciel, c'est une sorte de compilation de standards du CD de l'époque. Par exemple, le premier standard, c'était le Red book, alias le CD Audio. Ensuite, le CD-ROM, standard Orange book, qui pouvait contenir des données.

Soucieux de son image d'entreprise d'avant-garde en matière d'électronique, Philips a lancé en 1989 le standard Green book, ou CD-i (interactif), qui prenait en charge la diffusion de vidéos au format MPEG. Au départ, Philips ne publiait que des petits noms, du coup, ils ont acheté quelques licences pour pouvoir mettre du Mario et du Zelda dans leur console (qui était plus que chère à l'époque, et qui faisait surtout dans la précision que dans l'efficacité).

Mais en voulant à tout prix devenir les plus avancés, et ce dans les plus brefs délais, l'équipe communication de Philips (qui était située à Londres) a embauché une équipe d'animation... En Russie! Animation Magic est une équipe localisée en Russie, et ils ont participé à l'animation de Hotel Mario, Link Faces of Evil, Zelda Wand of Gamelon. Pour l'anecdote, il y a eu un dernier opus de Zelda: The adventure of Zelda sorti en 1994 sur CD-i, mais il ne contenait plus de cinématiques d'Animation Magic. C'étaient des vrais acteurs.

L'équipe de développement se situait en Hollande, mais c'était vraiment galère. Les développeurs étaient franchement limités par les capacités de rendu de la console, la CD-i avait beau avoir le matériel le plus onéreux qui soit, elle ne prenait pas en charge le scrolling. Du coup, pour chaque jeu, ils devaient reprogrammer ce système de défilement des tiles.

Je pense que la CD-i avait beaucoup de capacités, et que malgré les mauvaises reprises de licences existantes, son potentiel n'est pas à ignorer. En dehors des jeux à la Nintendo, le catalogue de la console est très vaste; hélas, Philips a surtout été réputé à cause des jeux médiocres qui sont sortis, car ce sont des grands noms, et les gens ne jurent que par ces jeux-là. L'entreprise a aussi tenté de sortir la DCC Philips quelques années après (les cassettes digitales: mais ça a aussi été un échec en raison de l'émergence des supports CD, à laquelle l'entreprise a participé une dizaine d'années auparavent). D'ailleurs, après avoir produit des appareils multimédia grand public, qui, malgré leur excellente qualité n'ont rien d'exceptionnel (en terme de R&D), Philips cesse de produire depuis 2011 ses appareils, et a confié la construction à Funai (Japon).

_________________

♦ Cliquez ici, vous aurez l'heure céans.
♦ Mon blog officiel.


Top
Profile Quote
Big Monstro
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 19 May 2016 15:52
Administrateur
User avatar
Offline
 
Posts: 4056
Joined: 27 Jun 2003 15:15
Retro PC: 80486 DX2/66, MS-DOS & Windows
 
Pour en venir aux jeux incriminés (et non au matériel CD-i) : il faut avoir conscience que ces titres ne sont pas tant critiqués pour eux-mêmes, mais parce que leur existence fait tâche aux fans de Zelda, une franchise qui n'a vraiment acquis ses lettres de noblesse qu'avec Ocarina of Time, une perle qui a vu le jour sur Nintendo 64 cinq ans après. L'adulation qui existe aujourd'hui en Occident autour de The Legend of Zelda est postérieure aux jeux éponymes sur CD-i.

Savez-vous qu'à l'époque de leur sortie, ces deux jeux Zelda sur CD-i étaient loin d'être considérés comme l'opprobre ? En fait, les notes des critiques contemporaines allaient du moyen à positif. Il y avait certes quelques critiques moins enthousiastes (notes moyennes, je viens de l'écrire) mais on était à mille lieux de l'infamie perçue depuis la fin des années 90. Les cinématiques et doublages étaient bien accueillis, ainsi que les décors parfois vus comme somptueux. Les défauts relevés alors était un gameplay répétitif et une maniabilité perfectible (pensée pour rendre le jeu plus ou moins jouable avec une manette à deux boutons, comme la NES de 1985). Bref, c'étaient des jeux qui récoltaient des notes comprises entre 65% et 79% ; pas vraiment des daubes innommables aux yeux des testeurs d'alors.
Matthias wrote:
Je pense que la CD-i avait beaucoup de capacités, et que malgré les mauvaises reprises de licences existantes, son potentiel n'est pas à ignorer. En dehors des jeux à la Nintendo, le catalogue de la console est très vaste; hélas, Philips a surtout été réputé à cause des jeux médiocres qui sont sortis, car ce sont des grands noms, et les gens ne jurent que par ces jeux-là.
Le catalogue CD-i contenait, pour l'essentiel, des logiciels interactifs/éducatifs et des films. Vu sa ludothèque et le prix de lancement, le CD-i concurrençait davantage les ordinateurs que les consoles. Certes, il y a eu d'autres jeux sur CD-i, mais il s'agissait pour beaucoup de portages de titres également vendus sur Amiga/Mac/PC. Notez que la version CD-i était parfois supérieure aux autres supports :wink:


Top
Profile Quote
AlRaPo
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 08 Jun 2016 15:23
Membre inscrit
Offline
 
Posts: 244
Joined: 05 Jan 2016 00:23
Retro PC: Fujitsu Family PC AMD K6 2 3D Now! 300 mhz
 
Vu que la CDI pouvait recevoir une carte de décompression MPEG, indispensable pour certains jeux aux passage (Link the face of evil à il besoin de cette carte pour ces cinématiques d'ailleurs?), pourquoi n'ont il pas fait une carte "Spécial jeux" intégrant de quoi décompresser du MPEG, plus des composants pour la prise en charge matériel des Sprites, et du Scrolling?

Cela aurait sans doute pu aider les développeurs, et leur donner un peu d'oxygène au passage :lol:


Top
Profile Quote
whaka
Post subject: Re: Soyez indulgent avec Link the face of evil, et Zelda the wand of gamelon sur, Philips CDI
Posted: 08 Jun 2016 19:54
Membre inscrit
Offline
 
Posts: 532
Joined: 06 Apr 2009 00:09
 
AlexRaymanPolaroid wrote:
pourquoi n'ont il pas fait une carte "Spécial jeux" intégrant de quoi décompresser du MPEG, plus des composants pour la prise en charge matériel des Sprites, et du Scrolling?
si c'était probablement possible techniquement, elle aurait tres probablement coûté 2 bras. la carte fmv n'était jamais obligatoire.
avec le type de carte que tu aurais aimé voir, ça aurait compliqué les choses. parceque justement, il aurait fallu que le jeux en tire parti. ce qui laisse supposer que soit tu peux y jouer si tu as raqué pour l'extension, soit pas. sinon, ça veux dire que 2 versions du jeux doivent être dévloppés, et là... c'est tout sauf une bouffée d'oxygene :D


Top
Profile Quote
AlRaPo
Post subject: Voilà pourquoi Link the face of evil, et Zelda wand of gamelon démontrent bien les capacités de la Philips CDI
Posted: 20 Sep 2016 11:33
Membre inscrit
Offline
 
Posts: 244
Joined: 05 Jan 2016 00:23
Retro PC: Fujitsu Family PC AMD K6 2 3D Now! 300 mhz
 
Salut les potes.

Aujourd’hui, je vais reparler de mon plus gros fantasme en rétro gaming : la Philips CDI.

On lit souvent : « Elle est ultra limitée, bla bla bla. Elle est tout juste capable d’animer 2 sprites à la fois, bla bla bla…».

Et bien c’est à la fois vrai et faux. Au début, j’ai soutenu bêtement ce pré-pensé, jusqu’à ce que je regarde
cette vidéo , où on voit vraiment de quoi la CDI est capable.

Maintenant entrons dans le vif, à savoir, pourquoi les deux jeux cités dans le titre (la flemme de tout réécrire) démontrent bien toute la puissance de la console.
Pour l’expliquer, il faut quelques connaissances techniques, mais je sais que vous les avez.

Pour le grand public, la Philips CDI est sortie en 1992 en France.

À l’époque, les consoles reine étaient la MÉGA-DRIVE de SEGA, et la Super NES de Nintendo.

Ces deux consoles utilisent toutes deux le support cartouche (4 Mo maximum pour la Méga-Drive, 6 pour la Super NES.).

La Méga-Drive sera la seule des deux à avoir droit à une extension CD-ROM.

La CDI quand à elle avait été conçu autour de ce nouveau média (Pas le CD-ROM, mais le CD-I, un concurrent du CD-ROM propriétaire à Philips.).

Les deux standard étaient différents, mais le résultat était le même. À savoir une capacité juste ÉNORME !!!!!! pour l’époque.

On passe de 4, ou 6 MO sur cartouche, à entre 400, et 650 MO sur CD-ROM, ou CD-I!!! Pour se donner une idée, à l’époque, un disque dur de PC de 80 MO était considéré comme une ayant une capacité confortable, voir grande.

Le support CD a aussi l’avantage d’être plus facile, et moins cher à fabriquer que les cartouches (Pas de Circuits Imprimés à assembler. Procédé de fabrication hérité de celui des CD-AUDIO, qui lui-même ressemble un peu à celui des Vinyles (Réalisation d’une matrice, puis pressage, ou moulage des disques avec cette dernière)).

La grande capacité de ce nouveau support est une vraie révolution, presque aussi grande que la 3D.

Cela donne donc des idées (plus ou moins bonnes) aux développeurs : Mettre de meilleurs musiques, qui seraient non plus jouées par la console (avec une puce « Synthétiseur »), mais par de véritables musiciens, puis enregistrées. Comme pour le cinéma. Généraliser les voix digitalisés, avec une meilleure qualité que sur cartouche, intégrer des photographies numérisés en couleur vrai pour illustrer le jeu, et même des vidéos, de plus beau décors etc…

Malheureusement, Philips n’a pas vu le potentiel vidéo ludique de son nouveau support, et souhaitait orienter sa « console » vers un usage culturel, et éducatif.

D’ailleurs, cela se voit à sa « manette » qui est plus proche d’une télécommande de lecteur DVD que d’une manette de jeu.

Sa configuration est également orienté dans cette optique : la CDI possède une palette de 16 millions de couleurs, pour 32768 couleurs affichables simultanément.

Idéal pour afficher un photo, ou une peinture numérisée en couleur vrai. Malheureusement, elle n’offre aucune prise en charge matériel des sprites.

Sa résolutions d’écran peut atteindre 768×560 pixels (largeur×hauteur). Idéal pour afficher image très détaillée, comme une gravure, ou un manuscrit d’écrivain numérisé. Hélas, elle ne possède aucun prise en charge matériel du scrolling.

En fait pour faire simple, la Méga-Drive et la Super NES possédaient un processeur de puissance normal, voir un poile inférieur, mais qui dans les deux cas était épaulé par d’autres puces dédiées à des tâches précise : affichage, avec gestion des sprites, et du scrolling par exemple.

Et bien pour notre chère CDI, c’est exactement le
contraire : elle possède un seul gros processeur, cousin de celui de la Mega-Drive : Un Motorola 68070, cadencé à 15,5 mhz, très puissant pour l'époque.

En revanche, il n'y a aucune petite pupuce pour l’aider, et accessoirement lui tenir compagnie.

En comparaison, la Méga-Drive, possède un processeur Motorola 68000 cadencé 7,6 mhz, ainsi qu'une puce d'affichage qui gère le Scrolling et les sprites.

Sur notre CDI, le seul processeur doit TOUT faire tout seul, et c’est là qu’on voit qu’il en a dans le ventre.

Quand vous regardez les graphismes (sauf les cinématiques bien sûr) de Link the face of evil, ou Zelda Wand of gamelon vous ne remarquez rien?

Et oui, c’est jolie, même très beau.

Lorsqu’on compare ces décors à ceux des jeux Super NES, ou Méga-Drive, il n’y à pas photo, ou plutôt peinture.
Sur Méga-Drive ou Super NES, les décors sont certes jolies, mais font très « informatique ». On a l’impression qu’ils ont été dessinés sur un ordinateur, pour être affiché sur un écran, et rien d’autre.

Alors que dans Link the face of evile, et Zelda wand of gamelon, on a l’impression d’avoir de vrais dessins fait à la main. Avec juste du papier, des crayons, de la peinture et tout l’amour, et la passion que pouvait mettre les dessinateurs dans leur œuvre. Comme les dessins d’un livre pour enfants.

Pareil pour les sprites, ils sont bien beau eux aussi.

Beaucoup de gens disent que l’animation des sprites est saccadées, et que les cinématiques sont horribles.

Sur ces deux points, je ne peux que leur donner raison. Mais je peux aussi expliquer pourquoi il en est ainsi.

Rappelez vous, j’ai dit plus haut que la CDI n’a qu’un seul gros processeur qui doit tout faire tout seul. Du coup, si ce n’est pas bien optimisé, et bien ça rame.

Or, il faut savoir que Link the face of evil, et Zelda wand of gamelon ont été développés tous les deux en même temps, en un temps record, et avec un budget plus que serré.

Du coup, que ce soit pour l’optimisation, ou la qualité des cinématiques, ils ont dû faire des concessions.

Plus d’infos sur ces deux jeux ici.

De plus, en 1992-93, les deux consoles reine de Nintendo, et de SEGA, malgré leur prise en charge matériel des sprites, et du Scrolling auraient juste été INCAPABLES de faire tourner un jeu avec de telles graphismes.

La Super NES n’ayant pas de support CD, elle ne pouvait pas afficher de cinématiques Préenregistrées. La Méga-Drive avec son extension Méga-CD pouvait afficher des cinématiques préenregistrés, mais limité à 256 couleurs, et pas en plein écran.

Voilà donc pourquoi la CDI est puissante.

Car avec un seul processeur, elle est capable de faire ce que ni la Méga-Drive, ni la Super NES ne pourraient faire malgré leur chipsets supplémentaires.

Pour ceux qui disent : Elle arrive tout juste à annimer 2 sprites à la fois", dans ce test, le Joueur Du Grenier se plaint qu'il y a trop d'ennemis, et que : "ça repope un boucle, c'est insupportable!!!".
Afficher, et faire repoper aussi vite autant de Sprites aussi détaillés, c'est pas une démonstration de puissance ça?

Enfin, un reproche qui est régulièrement fait à la CDI, c’est ses temps de chargement trop long.

Bon, oui son lecteur ne dépasse pas les 1x.

Mais enfin! Cette console est sortie en 1992, pour le grand public, en France. Sa conception remonte donc à la fin des années 80.

Personnellement, je suis pas sur qu’en 1988, ou 1989 il existait des lecteurs 4,3, ou même 2×. Ni même que beaucoup de gens, excepté les gros gammer fortunés, ou les informaticiens et développeur de logiciels savaient qu’on pouvait mettre autre chose que de la musique sur un CD.

Quand à sa manette, ou plutôt sa Télécommande classée comme un des « Pires contrôleur de tous les temps », elle n’avait juste PAS été conçu pour jouer.

Essayez de jouer à Mario avec la télécommande de votre lecteur DVD, ou de votre téléviseur, et vous comprendrez pourquoi celle de la CDI avait été conçu.
Heureusement, ils ont fini par comprendre, et ont enfin sortie une vraie manette.

Ce qui vraiment dommage, c’est la bêtise des ingénieurs de chez Philips qui n’ont pas su voir tout le potentiel de leur bébé. Car si la CDI avait intégré, en plus de son architecture de base une prise en charge matériel des sprites et du scrolling, elle aurait écrasé techniquement toutes ses concurrentes.

Comme ultime preuve que cette console ne mérite pas sa place dans la liste des « Pires consoles de tous les temps», C’est que Nintendo s’était tourné vers Philips, après un désaccord avec Sony pour le développement de l’extension CD de la Super NES. Le contrat signé par Philips disait que les jeux du Super NES CD devait aussi sortir sur CDI. Du coup, on peut penser que si elle avait vu le jour, cette extension aurait sûrement été basée sur la CDI de Philips. Preuve que ça ne devait pas être une si mauvaise console que ça.

En plus de permettre de jouer, la CDI permettait de goûter aux joies des films en vidéo numérique.
À l’instar de la SEGA Saturn sortie 3 ans après, la Philips CDI pouvait recevoir une carte de décompression MPEG 1, qui était nécessaire dans certains jeux pour lire les cinématiques.

Le processeur de cette carte, était alors le seul à être dédié à une tâche spécifique.

Mais, il permettait surtout de visionner des films en CD-I Vidéo, puis en Vidéo-CD sur son CDI. Comme on le fait avec notre lecteur DVD, ou notre PlayStation de nos jours. La définition était certes équivalente à celle de la VHS, mais les films dans ce format offraient tout de même une image de meilleur qualité qu’une VHS, grâce au format numérique (Absence de lignes, et autres perturbations à l’écran provoqué par l’usure de la bande magnétique). En contrepartie, il était souvent nécessaire de changer de disque au milieu du film. Un Vidéo-CD ayant une capacité maximum de 74 minutes 1h14.
Certains modèles de luxe, avaient une carte MPEG 1 intégrée d’origine. Ils pouvaient donc lire des Vidéos-CD sans ajout de matériel supplémentaire.

Pour conclure, je dirais que la CDI était une merveilleuse « console » pour son époque.

Avant sa sortie, aucun autre appareil n’offrait autant de fonctions à lui seul.

La CDI était capable de lire des CD-Audio, des Vidéos-CD, des jeux, et toutes sortes de logiciels interactifs (encyclopédies, visite de musée, etc…).
Et justement. C’est peut-être ce côté « Couteau Suisse du numérique » ou Media center qui posait problème à l’époque.

Les gens ne savaient pas vraiment ce qu’était la CDI : Un lecteur CD, un Lecteur Vidéos-CD , une console de jeu, un ordinateur? D’ailleurs, chez Philips non plus ils ne savaient pas trop ce qu’ils vendaient. Les dirigeants de la célèbre firme hollandaise ont compris tardivement que le principal motif d’achat chez les possesseurs de CDI, était de pouvoir jouer avec. Malheureusement, Philips l’a compris trop tard, et à commercialisé une machine certes très novatrice, mais qui laissait à désirer sur le point le plus important sur ce genre de produit : les jeux.

Êtes vous d’accord avec moi les amis ?


Top
Profile
Display: Sort by: Direction:
Post Reply   Page 1 of 1  [ 10 posts ]
Return to “Anciennes consoles”
Jump to: